mardi 7 février 2012

TOUTES LES CIVILISATIONS SE VALENT-ELLES ? EPISODE 1.


En première personne tout m'exprime y compris cette personne qui exprime son communautarisme identitaire qu'il soit Musulman soi-disant anti-occidental ou qu'il soit lié à la France Occidentale. Tout être humain se rattache à une communauté. Sans appartenance sociale, nous ne nous humanisons pas mais certaines communautés se ferment sur elles-mêmes et ne veulent plus évoluer en dialogue avec les autres : elles sont alors communautaristes. C'est un chemin certainement contraire à l'évolution et qui se solde sans aucun doute, si c'est le cas, par des résistances dramatiques.
En première personne, mon premier geste est d'accueillir toutes les personnes y compris mes propres réflexes identitaires. En première personne, toutes les civilisations se valent donc au sens où toutes les identités expriment ce que je suis et d'ailleurs je n'ignore pas intellectuellement que toutes les identités culturelles ont laissé en leur sein un espace à la prise de conscience de la première personne.
Et au cœur de cette expérience, il y a une ligne de force du Devenir qui s'ouvre, l’auto-création de cette première personne. J'entrevois comme une spiritualité libre des religions et à l'image d'une telle spiritualité, m'apparaît l'évidence d'un pouvoir politique moderne enfin désidentifié de toute ethnocentrisme et vraiment centré sur égalité, liberté et fraternité.

Le meilleur de la culture française et occidentale a pour moi à voir avec la reconnaissance de cette source de tout ce qui est et le meilleur de la culture musulmane a à voir avec cela aussi. Tout mode de vie est le fruit d'une intuition créatrice qui a trouvé un chemin d'adaptation et de création dans une situation donnée. Il y a donc en toute civilisation un noyau qui porte la trace de cette inspiration initiale. Le nazisme, le fascisme ou le communisme n'ont jamais formé une civilisation quelconque, ce sont des aberrations de notre civilisation occidentale. Mais au fond aujourd'hui un certain communautarisme musulman s'apparente au fascisme ou au communisme. Qu'on compare le musulman fondamentaliste, intégriste et anti-occidental de nos cités et notre bon français fasciné par le fascisme, ils sont sont en fait très proches. C'est là un seul et même problème politique qui met en jeu l'accueil de l'autre et le sens du dialogue (le deux qui fait consciemment un en première personne). Si la réalisation de la première personne est assez éloignée de la plupart et que sa présence dans les textes restent souvent ésotériques, les valeurs de l'accueil et de l'hospitalité, elles, sont clairement au centre du fondement de nos civilisations. On trouve clairement la trace de ces valeurs dans les textes fondateurs (qu'ils soient religieux ou philosophiques) de nos civilisations occidentales judéo-chrétiennes et arabo-turco-musulmanes !!! Ce n'est que sur ces valeurs communes que nous pourrons édifier une nouvelle civilisation qui ne nie pas l'identité racine de ses membres : cette civilisation couronnera le cœur de notre identité française que la devise liberté, égalité, fraternité dessine encore comme un idéal fidèle à la manifestation dans la culture de la première personne.

Seule la mentalité postmoderne dotée d'un relativisme fort permet de traiter nos identités sous un mode ludique et créatif. Le relativisme vulgaire affirme une égalité pour ne pas au final interroger ses propres crispations identitaires. Le relativisme fort affirme que les identités ont une même valeur mais quand elles savent leur relativité. Sans cette connaissance intime de la relativité de notre identité, aucune création n'est possible, il n'y a que des crispations, des adaptations négatives, etc. jusqu'à la dissolution. Le relativisme fort peut donc devenir un chemin d'accès à la conscience auto-créatrice en première personne. Car à vrai dire on peut être en première personne mais croire en la vérité de notre identité qui nous permet cette connaissance. On ne laisse pas alors la première personne déployer totalement sa spontanéité créatrice. Comment toucher le cœur blessé de ce communautariste sans cette spontanéité ? Ce ne sont pas des arguments qui le toucheront, un ego vaincu est humilié et précisément tout communautariste se renforce dans sa crispation en s'affirmant victime d'une humiliation de ceux qui n'appartiennent pas à sa communauté. Si nous devons penser une éducation républicaine pour un élève baignant dans le communautarisme, nous devons lui donner le chemin au sein de sa propre identité pour atteindre la relativisation de son identité. Toutes les identités se valent : elles ne sont que relatives. Seul le cœur n'est pas relatif au cœur de notre identité ! Quand l'identité étouffe le cœur, alors c'est le début de l'horreur !!!


Les expressions culturelles des civilisations ne se valent pas mais en leur fond chaque civilisation contient un chemin d'accès à la conscience créatrice, au cœur créateur. Affirmer que les civilisations ne se valent pas est un propos polysémique imprécis qui ne fait que confirmer notre musulman intégriste dans sa croyance, même si électoralement c'est un évident appel du pied au fasciste franco-français.

Dire que les expressions culturelles des civilisations ne se valent pas mais qu'en leur fond chaque civilisation contient un chemin d'accès à la conscience créatrice est la seule position précise qui permet le dialogue et l'évolution qui peuvent manifester dans nos cultures la conscience en première personne et plus encore la lumière du cœur. Pour combattre l'obscurantisme communautariste qu'il soit musulman ou français, c'est le dialogue qui doit rester l'idéal politique même s'il faut sanctionner et lutter activement contre ce qui s'y oppose.

Un républicain authentique ne doit pas se sentir menacé davantage par le communautarisme musulman que par le communautarisme français parce que au fond en poids électoral le communautarisme français aujourd'hui menace peut-être davantage la république.

En effet, ce communautarisme français nie l'humanisme et estime qu'on peut pas être vraiment français si nos racines sont musulmanes. Un tel type de communautarisme au début du XXe siècle estimait qu'on ne pouvait pas être vraiment français si on était juif. Même si aujourd'hui un parti comme le Front National semble s'écarter de l'antisémitisme, il n'en reste pas moins qu'il a été fondé d'ailleurs par des gens qui se recommandaient d'un communautarisme antisémite. Et quand aujourd'hui, ses membres estiment pour la plupart qu'être français et musulman est impossible, ils en sont clairement les héritiers. Ce communautarisme est dangereux : nier une minorité pourtant française revient forcément à nier la démocratie et ses valeurs humanistes. Une nation authentiquement moderne n'est pas fondée sur une culture ethnique même si elle en dérive.




Voir la suite ici.

Enregistrer un commentaire